);

Diabète de type 1 et sport

LA BASE DU DIABÈTE

Dans cet article, je voulais aborder une thématique qui me tient très à cœur ! LE SPORT. Parce que bien sûr, on peut faire du sport !

On a tous déjà entendu que le sport était bon pour la santé, et cela s’applique également à tous les diabétiques. Le sport est bon l’organisme, notre résistance, le moral, la confiance en soi, bref, c’est vraiment quelque chose de très positif.

Comment gérer le sport avec mon Diabète ?

J’ai souhaité écrire cet article aujourd’hui pour encourager tous ceux qui essaient de trouver leur équilibre dans le sport. Avec un Diabète de type 1, ce n’est pas facile. Je ne vais pas vous mentir, il est fort probable que vous galériez un peu le temps de comprendre comment vous réagissez face à sport.

Mais ne vous inquiétez pas, si vous vous laissez une chance, ça va super bien se passer !

Regardez il s’en sort tellement bien lui… 😉
@everyday_t1d

Aurais-je oublier de faire les présentations ? Voici Austin, un diabadass comme vous le serez bientôt ou l’êtes déjà !
@everyday_t1d

Anne & Elise courent aux couleurs de Diab’Aide, leur association. Les deux jumelles sont DT1 et se régalent à courir des marathons. (elles sont trop belles hein)

Quand le sport vous fait baisser la glycémie

Par définition, faire du sport vous fait dépenser de l’énergie, et donc va faire baisser le sucre dans votre sang : votre glycémie. Il y a donc beaucoup de diabétiques qui ont tendance à faire des hypoglycémies pendant l’effort ou juste après.

Chacun trouve alors la solution adaptée à son Diabète :
• baisser son insuline (si le sport est juste après un repas/goûter)
• manger un morceau avant
• manger un encas après
• régler sa pompe pour baisser son basal (créer un débit de basal temporaire)

etc.

 

 

Chrithel Oerum, une instagrameuse que j’adore et qui pète la classe. Site internet : Diabetes Strong

Quand le sport vous fait monter la glycémie

Du sport qui donne des hyperglycémies ? Qu’est-ce qu’elle raconte elle ? Oui, oui. Vous avez bien lu. Le coupable ici s’appelle l’adrénaline. Encore une fois cela dépend des diabétiques, mais nous sommes beaucoup à réagir ainsi à l’adrénaline. Lorsque vous êtes excité(e), lors d’une compétition par exemple, vous êtes heureux(se), stressé(e) et votre fréquence cardiaque monte, avec votre glycémie. Ce genre d’émotions fortes peut provoquer des hyperglycémies.

De la même façon, un effort violent et rapide vous fera probablement davantage monter la glycémie (cross-training cardio-training, sprint, etc.) qu’une course longue distance à allure modérée…

 

 

Oui, oui, de nouveau Austin. DT1 POWEEEER
@everyday_t1d

Le sport, un moyen d’accepter son Diabète ?

J’ai envie de dire : OUI.

Je pense vraiment que le sport aide à se sentir mieux de manière générale, mais particulièrement pour les diabétiques car c’est un moyen très efficace de s’approprier son Diabète. Vous allez chercher à comprendre, avec comme but précis de pouvoir profiter joyeusement du sport que vous avez envie de faire. C’est ludique et agréable, et vos efforts vont vite payer !

Pour ceux qui portent des capteurs et des pompes à insuline, c’est aussi l’occasion de vous familiariser avec leur port. Je trouve que le rapport étroit avec notre corps durant le sport est très important pour accepter nos dispositifs médicaux. Lorsque vous réussirez votre séance, vous aurez l’impression de former une équipe avec votre Diabète. Vous aurez envie de partager avec la terre entière combien vous avez géré la situation. (Et bonne nouvelle ! Il y a Facebook et Instagram, c’est fait pour ça, allez-y ah ah)

Lissie, LA personne qui m’a littéralement réconciliée avec les capteurs, et poussée à vouloir une pompe Omnipod… (je veux dire elle est tellement jolie avec pourquoi pas moiiiii) @needlesandspoons

MON EXPÉRIENCE PERSONNELLE

Puisque je suis passée très récemment à la pompe à insuline Omnipod, je vais vous faire part de mes deux expériences face à sport : stylos et pompe à insuline.

Pour commencer, je me suis réellement remise au sport il y a trois ans ! Avant ça je faisais de l’équitation et j’adore ce sport mais pour ma part je ne l’ai jamais dosé en tant que tel. (et pourtant je transpirais et j’avais des courbatures… bref)

Aujourd’hui je cours plusieurs fois par semaine (je ne vais pas m’attarder dessus car nous sommes en plein confinement pour le Coronavirus et ça me brise le cœur…), et je marche beaucoup. J’aime sortir en nature, prendre l’air et me maintenir en forme.

 

Mon sport sous multi-injections

Comprenez-moi bien, je fais du sport également pour compenser ma gourmandise incorrigible alors l’idée c’était de ne pas devoir manger davantage pour prévenir les hypoglycémies… Sinon on ne s’en sortait plus ! (moi et mes bourrelets)

Du coup généralement j’essayais de faire du sport après mon petit-déjeuner, afin de baisser de moitié l’insuline du repas, ou faire du sport avant le repas du soir, afin de réduire pareil, de moitié l’insuline du repas. Cela marchait à peu près pour moi, et j’avais toujours du sucre sur moi au cas où ma séance aurait raison de ma stratégie.

Pour les compétitions, c’était compliqué, car l’adrénaline pouvait me faire monter trèèèèès trèèèès haut, en un temps record… Je me souviendrais toujours de cette course de 15km en juin (il faisait déjà trèèès chaud j’habite en Provence) et fière de moi, je déposais dans mon sac la télécommande de mon freestyle libre qui indiquait une glycémie respectable de 1,30. Une fois dans le SAS de départ, l’excitation est montée, j’étais à fond, et je suis partie, le cœur léger. Au bout de 10min, j’ai déchanté : bouche sèche, déshydratation, plus que de raison… Cette course a été un vrai calvaire. Je n’ai pas fait de test d’acétone, mais je vous laisse imaginer la catastrophe puisque je suis passée de 1,30 à 3g en 15 min avec l’adrénaline, et j’ai passé toute la course à plus de 3,50…

Après cette douloureuse expérience, j’ai appris à dompter la bête, et quelque soit la beauté de ma glycémie avant de partir, je me faisais une piqure d’insuline pour contrer ce pic. Le deuxième soucis avec les compétitions, comme si cela ne suffisait pas… c’était que je faisais des hypoglycémies à répétitions jusqu’à 48h après l’effort… (comment est-on censée mincir dans ces conditions barbares ??)

Je n’ai jamais trouvé de réelles solutions pour ces hypoglycémies à répétitions, et finalement j’ai arrêté de faire des courses OCR  en compétition, (courses en nature avec franchissement d’obstacles style : grimper une corde, escalader, se suspendre etc.) ce qui a réglé le problème ah ah. Je préfère les trails maintenant, et c’est moins violent niveau cardio, alors tout le monde y trouve son compte.

 

Mon sport sous pompe à insuline

Alors là, rassurez-vous, ça va être tellement rapide…

Sous pompe vous avez ce qu’on appelle les débits de basal temporaire. Pour rappel sous pompe vous avez de l’insuline H24 au compte goutte, qui correspond à l’insuline lente pour les stylos (sauf que dans la pompe c’est de la rapide injectée petit à petit). Cette insuline basale est complètement personnalisable. Vous pouvez créer des réglages de basal temporaire qui correspondent à vos séances de sport…

Par exemple, je cours deux fois par semaine avec un husky (oui oui je réalise ma chance hé hé) sur une distance de 9km et comme monsieur fait des pauses pour marquer son territoire, nous alternons marche et course et la balade dure 1h15. J’ai sur ma pompe un réglage de basal temporaire qui s’appelle Louky 9km, et il s’agit d’un effort de 1h15 avec 50% d’insuline basale en moins. En partant je l’active, et je fais mon sport comme si de rien n’était, ça marche du feu de Dieu chez moi.

Et puis lorsque je me rate, maintenant je peux juste dire à ma pompe d’arrêter toute administration d’insuline et HOP ça remonte tout seul… (bon quand c’est trop tard c’est trop tard hein mais ça marche souvent)

 

Moi, lors de ma dernière sortie avant le confinement total… =’)

Et vous ? Comment se passent vos séances de sport ?

Laissez-nous un commentaire sur Facebook ou Instagram !

Continuez votre découverte et lisez…

Qu’est ce que le Diabète ?

DÉFINITION : Notre corps a besoin d’énergie pour fonctionner : le glucose.Mais afin que le glucose passe de notre sang à nos cellules et organes, nous avons besoin d’insuline. Lorsque le pancréas n’en produit plus, ou trop peu, on parle de diabète.Le Diabète de type 1...

Le traitement du Diabète de type 1

Oui, rassurez-vous, il y en a un, et il marche plutôt bien !Dans cet article, nous allons voir ensemble comment se soigne le Diabète de type 1. Quelles sont vos options et sur quels critères choisir votre traitement. Mais comme vous l'avez  sûrement compris, le...

Hypoglycémies et Hyperglycémies

DÉFINITION : Il s'agit de résultats de votre glycémie : de votre taux de sucre/glucose dans le sang. Votre glycémie devrait se situer entre 0,80 g/L, et 1,40 g/L. Lorsque vous n'avez pas assez de sucre dans le sang, vous êtes en hypoglycémie : < 0,80g/L Lorsque...

Les suivis médicaux du Diabète de type 1

Lorsque l'on est diabétique de type 1, il y a certains examens médicaux obligatoires, afin de vérifier que vous soyez en bonne santé et prévenir les complications.Avec ton diabéto tu t'allieras.Évidemment, la première chose, c'est le suivi régulier avec un...

Commentaires