RÉAGISSONS

Campagne AJD le débat

S’il vous arrive de flâner sur Facebook, il est presque impossible que soyez passé à côté de la nouvelle campagne de l’AJD ! Elle est partout, et elle fait débat. On y rappelle l’impact du Diabète sur la vie des enfants. C’est donc un sujet sensible et quelque peu négatif, ce qui a fait réagir beaucoup de diabétiques et parents de Dt1.

Je préfère vous le préciser dès à présent, cet article n’est pas une dissertation, dans laquelle vous trouverez un récit objectif présentant le pour et le contre, pour terminer sur une conclusion pacifique et diplomatique. Il s’agit de mon avis sur la question, et avec tout ce que j’ai lu dans les commentaires, je vais m’octroyer le droit de me moquer un peu, parce que je trouve que c’est allé un peu loin… 😉

L’AJD : Aide aux Jeunes Diabétiques, est une des associations conséquentes en France qui œuvrent pour les diabétiques. Comme son nom l’indique, elle est spécialisée dans l’enfance et l’adolescence. Peut-être avez-vous déjà entendu parler des colonies de vacances de l’AJD… Et bien ils leur arrive aussi de lancer des campagnes de sensibilisation !

UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION CHOC

On communique assez peu sur le Diabète de manière générale, encore moins spécifiquement sur le type 1. Certes, on a tous déjà vu un stand de dépistage dans une galerie commerçante pour la journée mondiale du diabète, mais généralement, ça s’arrête là.
Et pourtant, il y en aurait des choses à dire… On pourrait imaginer une campagne d’information sur la différence entre type 1 et type 2, une campagne qui mettrait à l’honneur nos diabétiques sportifs de haut niveau pour casser les préjugés…etc.

Et bien cette année c’est sur la gravité du diabète de type 1 et ses conséquences sur les enfants que l’AJD a choisi de communiquer. Je vous vois déjà venir, un brin contrarié, parfois piqué ou même en colère : « Mais elle fait peur cette campagne, on passe pour des handicapés ça ne va pas du tout !! ». Vous êtes nombreux dans ce cas là, cette campagne a fait beaucoup chanter nos claviers… (et pleurer des yeux)

Personnellement, je la soutiens, et je vais vous dire pourquoi.

Une campagne de sensibilisation choc

Il m’est personnellement peu arrivé que mon entourage minimise mon vécu ou mes difficultés concernant mon Diabète, cette campagne ne me touche donc pas personnellement. Je passe mon temps à démontrer que je peux vivre comme les autres, que ce n’est pas un handicap, et que rien ne m’est impossible. Ma page La Belle & le Diabète existe à cette fin : dynamiser notre communauté, redonner espoir, inspirer, motiver. Je communique sur le côté glamour du Diabète. A vrai dire, à part mes amis intimes avec qui je partage trop de choses pour ça, la plupart oublient même que je suis dt1.
(Mais alors pourquoi je la soutiens ??? Oui oui… je suis un être complexe, je vous invite à lire la suite)

Cependant, il existe également une autre vérité, qu’il ne sert à rien de cacher, ou de nier, et qui concernent une grande majorité d’entre nous : le Diabète, c’est GALÈRE.

Il me semble que cette campagne sert à rappeler ce qu’implique réellement le Diabète chez l’enfant, dans son quotidien, dans sa journée, dans son avenir et au sein de sa famille. On entend beaucoup de remarques qui minimisent la gravité du Diabète, et ces visuels sont là pour rappeler que malgré les progrès de la médecine et le beau sourire que nous nous efforçons de garder, il y a quelque chose de sérieux derrière, quelque chose de lourd à porter. Le rappeler n’est pas se victimiser ou exagérer à mon sens, c’est un simple constat.

Je ne vais pas en parler pendant trois paragraphes, un enfant diabétique mûrit plus vite que les autres sur beaucoup d’aspects, car il est responsabilisé. Ses copains profiteront pleinement du gâteau d’anniversaire en discutant de tout et de rien, lui, aura une pensée pour sa pompe ou la piqûre qu’il devra faire, ou regardera ses parents s’il n’a pas l’âge de le faire, parfaitement conscient que manger le gâteau implique plus pour lui que « manger le gâteau ». Il passera du temps à se scanner, à régler ses doses, écrire ou synchroniser ses résultats, anticiper ses activités. Il devra toujours avoir son matériel avec lui, de quoi se sucrer, et sera contraint de voir des professionnels de santé régulièrement. Il sera aussi attentif à ce qu’il ressent, pour voir venir ses hypoglycémies ou corriger ses hypers. Ce n’est pas négligeable, ce n’est pas tout rose. OUI, il survivra (je veux dire… s’il se fait bien son insuline bien sûr), mais cela n’enlève rien à sa galère quotidienne.

Comme toute bonne campagne de sensibilisation, elle provoque une émotion forte, elle choque. La campagne se décline en plusieurs visuels, c’est une série, ce qui la rend encore plus impactante.

Ce qu’on lui reproche VS mon avis

Reproche : le choix des mots

Le mot « ampute » en a fait tiquer plus d’un. C’est clair qu’il s’agit d’un mot fort, violent et pas très glamour. Un bon coup de poing sur la table. Certains déplorent le choix de ce mot car il peut faire écho à l’amputation des diabétiques, qui pour la plupart sont type 2. (forcément puisqu’on ne représente que 10% des diabétiques). C’est donc en quelque sorte, un autre cas où l’amalgame entre dt1 et dt2 est présent.
De manière générale, beaucoup se plaignent de l’axe choisi, qui est jugé négatif voir dégradant. Il est craint que ça puisse impacter notre réputation et nous freiner pour le permis de conduire, les embauches professionnelles ou même nos relations amoureuses. (Oui, sachez que beaucoup de français craignent la maladie)

Je vous invite à regarder la très bonne vidéo de Diab’Aide à ce sujet, qui expose en douceur mais fermement leur avis sur la campagne. Bon, il fallait bien que ça arrive un jour, nous ne sommes pas d’accord là-dessus. Néanmoins elle est très bien faite, regardez-là ! 😉

Ma réponse :

S’agissant d’une campagne de sensibilisation, je vois mal l’accroche devenir :

« Le Diabète de type 1, dans certains cas, même s’il se soigne très bien et n’empêche pas les enfants de vivre leur vie comme les autres, peut légèrement entacher les moments de vie de milliers d’enfants. (mais ne vous inquiétez pas, votre enfant pourra quand même devenir champion de judo s’il s’entraine dur) »

Bon déjà ça serait un peu plus long… le graphiste s’arracherait les cheveux… Mais aussi parce qu’il y a un message à faire passer, et du moment où on se lance, on fait les choses jusqu’au bout. Cette campagne n’est pas parfaite, mais elle a le mérite d’exister.

Je pense que ce n’est pas le message le plus glamour et le plus valorisant à faire passer, mais parfois, il faut savoir se salir. Cette vérité est importante, et je vous invite si vous doutez de cette réalité, à aller jeter un œil sur la page de la campagne, l’explication et l’argumentaire de la campagne.

L’AJD ne s’est pas lancé là dedans par hasard, et cette campagne répond à une souffrance générale des diabétiques. Je pense surtout aux mamans de diabétiques, qui sont aussi très impactées par la venue d’un Diabète chez leur enfant. Quelque part, je trouve que cette campagne leur rend aussi justice, face à toutes les “sales” remarques qu’elles subissent au quotidien.

Concernant les dégâts de cette campagne, je ne pense pas que ce sera vraiment pire… L’ignorance du grand public et les raccourcis que prennent les gens ne sont pas quelque chose de nouveau. Si vous êtes motivés et travailleurs, vous trouverez un emploi. Si vous n’arrivez pas à convaincre, vous trouverez mieux qu’une entreprise qui juge sur ses pseudos connaissances sur le Diabète, au même titre que le physique ou les origines ethniques. (il parait qu’il suffit de traverser la route en plus alors n’abusez pas hein…).
Et que cela n’en déplaise à la “golden generation” de dt1 qui sont toujours équilibrés, n’ont aucun problème et se souviennent de temps en temps qu’ils sont diabétiques quand leurs capteurs arrivent à expiration et sonnent (oui…je suis jalouse mais j’ai raison quand même, les chiffres le prouvent) ce n’est pas une généralité, ce n’est pas la réalité de tout le monde. Je pense que c’est important de penser « nous » : à la communauté, avant de penser « moi », surtout quand il s’agit d’un intérêt commun qui concerne tous les diabétiques.
Enfin, pour vos relations amoureuses, celui ou celle qui freinera pour ça, sans même vous en parler, ne vous mérite tellement pas que je ne vois même pas pourquoi j’en parle… <3

"Une manette de jeu vidéo franchement !"

Beaucoup ont râlé concernant le choix de la manette de jeux vidéos, jugé trop cliché et dégradant pour les jeunes. Cela donnerait une image trop sédentaire, alors qu’un visuel comme un ballon, un vélo ou autre aurait pu être exploité tout aussi facilement.

Le manque d’incitation à l’action est également critiqué. “On lit la campagne, et après quoi ?”

Enfin, les statistiques sont jugées gonflées et ne reflétant pas la réalité, notamment grâce à tous les progrès récents comme les capteurs, les objets connectés etc.

Mon avis :

Personnellement le manque d’initiation à l’action ne me choque pas, car il s’agit d’une campagne d’information et de sensibilisation. C’est le concept.

Et je terminerai par le coup de la manette, parce que c’est ma critique préférée. En soit oui, penser directement aux jeux vidéos c’est un peu la facilité (ah… ce directeur artistique qui a pris un raccourci cliché) mais en même temps, c’est un code universel… Si on fait un brainstorming sur l’enfance, il ressortira… Parce que, surtout ces dernières années, les enfants en consomment beaucoup.

Je ne pense pas que le grand public pousse la réflexion jusqu’à se dire « ah bah oui mais s’il allait jouer au ballon au lieu de jouer à la play et boire du coca il n’aurait pas à passer 1h45 à penser à son diabète ». Du moins je l’espère, ce serait franchement vicieux…

Enfin, surtout, (parce que oui, ça n’aurait tué personne de mettre un livre ou un skate à la place, et on se serait senti plus intelligent) cette campagne se compose de plusieurs visuels, c’est une série. Donc franchement, si sur les six affiches il y a une manette, je ne vois pas trop pourquoi on s’excite… (à part pour râler parce qu’on est français et que ça nous fait du bien)

En conclusion, j'aurais moi aussi préféré un axe plus glamour et positif, mais c'est pour moi une campagne qui mérite d'exister, et qui ne me choque pas plus que ça.
J'espère qu'il y en aura d'autres, donc pour les incorrigibles optimistes, à charge de revanche, on fera plus joyeux la prochaine fois ! 😉